Réaliser des économies d’énergie

Se poser les bonnes questions et surtout savoir y répondre permet de concrétiser ses économies d’énergie au sein de son habitat.

À combien s’élèvent les dépenses annuelles en énergie (logement + véhicules) pour un foyer ?

En moyenne à près de 3000 € (1300 € pour le logement) en 2010. C’est presque 9 % du budget consacré aux factures énergétiques. Au-delà de 10 %, le foyer est en situation de précarité énergétique. Source: Soes et ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie.

Qu’est-ce qu’un DPE ?

C’est le diagnostic de performance éner­gétique. Réalisé par un professionnel, il n’est obli­gatoire qu’en cas de vente du bien. Dans un premier temps, cela consiste à faire le bilan des consommations. Ce qui est très utile pour déterminer les travaux à entreprendre pour réa­liser des économies d’énergie. Mais, le DPE n’est pas gratuit, bien au contraire (il est facturé entre 50 € et 200 €). Alors, pour commencer dès à présent les économies, il peut être malin de faire preuve de bon sens ou de recourir aux simulateurs gratuits sur le site GDF.

Quelle est la première étape d’une rénovation éner­gétique réussie ?

Bien entendu, c’est l’isolation. Inutile de remplacer tous ses convecteurs par des radiateurs top design si l’habitat n’est pas isolé. À commencer par les combles et toitures, responsables de 25 à 30 % des déperditions. Sur le site Isover, un dossier sur la thermographie aérienne rend possible, avec un peu de chance, l’accès direct au diagnostic de votre logement. Murs et ouvertures (portes et fenêtres) totalisent 25 % et 15 % des déperditions. Sans oublier qu’isoler le sol évite, de surcroît, les remontées humides. Enfin, une ventilation double flux permet une gestion des entrées et sorties d’air en préchauffant l’air extérieur, également moins sec. Couplée à un puits canadien, cela permet un gain de quelques degrés non négligeable.

energie

Comment choisir une énergie adéquate ?

Tout dépend de la zone géographique et de l’installation de chauffage existante. Priorité doit être donnée aux énergies renouvelables (solaire, biomasse…). Gra­tuite et inépuisable, l’énergie solaire est toujours à envisager avec le plus grand sérieux. Investissement, coût de l’énergie (et ses augmentations à venir), et irais d’entretien sont à analyser. Enfin, mode de vie et habitudes doivent être pris en compte (sans omettre de chasser les mau­vaises pratiques pour les remplacer par les éco-gestes répertoriés sur le site web d’EDF: http://particuliers.edf.com).

Qu’est-ce que le confort thermique ?

Si certains ont toujours trop chaud, d’autres redoutent la moindre absence de soleil, plusieurs paramètres entrent en compte pour atteindre cette sensation de confort thermique: la production de chaleur interne du corps, la chaleur externe ou température ambiante, le taux d’humidité, la température des parois, sans oublier l’habillement (en plein hiver, mettre un pull et le chauffage à 19 °C est plus logique que d’étrenner son tout dernier maillot de bain avec le thermostat à 28 °. Pour comprendre ces notions et choisir un chauffage qui sera gage de satisfaction, n’hésitez pas à poser des questions à des chauffagistes.

Peut-on prétendre à des aides financières ?

Oui: un crédit d’impôt “développement durable” permet de soustraire une part des dépenses engagées pour les travaux. Toutefois, en 2013, l’aide est sup­primée pour les dépenses dans un habitat non achevé au 1er janvier 2011. Pour tout savoir, consultez la rubrique “Financer mon projet” sur le site de l’Ademe : http://ecocitoyens.ademe.fr. Vous pouvez bénéficier d’un prêt à taux zéro (PTZ) mais uniquement pour tout achat de logements neufs respectant les normes de construction basse consommation (BBC) en accord avec la régle­mentation thermique en vigueur, la RT2012. Si le logement est achevé depuis plus de quinze ans, une éco-subvention de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) peut être allouée. La liste des travaux et le guide des aides sont consul­tables sur le site www.anah.fr. Enfin, n’oubliez pas de profiter du taux de TVA réduit (à 7 %) lorsque les travaux sont réalisés par un professionnel et des primes énergie Auchan  et des centres E. Leclerc. En tout état de cause, les espaces info-énergie renseignent sur les incitations financières auprès des particuliers : www.infoenergie.org.

Existe-t-il d’autres aides?

Oui, dans le sens où les obstacles à la réalisation d’un projet sont moindres. L’article L111-6-2 du code de l’urbanisme favorise la performance environnementale et les énergies renouvelables dans la construction et l’ha­bitat. Les règles et autorisations d’urbanisme, parfois très contraignantes, ne peuvent plus s’opposer à l’utilisation “de matériaux renouvelables ou de maté­riaux ou procédés de construction permettant d’éviter l’émission de gaz à effet de serre, à l’installation de dispositifs favorisant la retenue des eaux pluviales ou la production d’énergie renouvelable correspondant aux besoins de la consommation domestique des occupants”.

Comment être assuré d’une bonne gestion de l’énergie?

Par les systèmes de régulation et la domotique. D’abord, un robinet thermos­tatique permet de régler la température dans chaque pièce. La régulation peut être effectuée au moyen d’une sonde de température extérieure qui transmet l’information au système de chauffage pour anticiper les variations de tem­pératures. En parallèle, des programmateurs permettent de couper le chauf­fage pendant les absences. Et surtout, la domotique permet de gérer lumière, chauffage, fermeture de volets pour optimiser les économies d’énergie.

Quels sont les postes de consommation électrique les plus importants

En vingt ans, la consommation unitaire des principaux usages (chauffage, eau chaude, cuisson) a diminué alors que la consommation d’électricité pour des usages de confort et de loisirs (équipements électroménager: petit électroménager, sèche-linge, lave-vaisselle; audiovisuel et multimédia) a augmenté de… 150 %. (Source ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie). Aujourd’hui, l’étiquette énergétique de ces appareils permet d’acheter des biens qui consomment moins et une utilisation raisonnable évite de faire flamber la facture. Première étape: faire la chasse aux veilles qui peuvent augmenter la consommation électrique de plus de 800 kWh chaque année (source Ademe).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *